Skip to content

Lightning Returns: Final Fantasy XIII, un bel au revoir ?

Ce jeu a été testé à partir d’une version japonaise sortie le 21 novembre 2013.

Vous le savez autant que moi, la trilogie Final Fantasy XIII va bientôt se terminer (enfin pour vous car elle est finie depuis décembre pour ma part). Sorti le 21 novembre 2013 au Japon, j’ai pu obtenir cet épisode en version japonaise dès sa sortie. Je dois avouer avoir eu du mal à faire une critique sur le jeu tant j’en avais déjà trop dit sur l’épisode dans mes précédentes impressions. Toutefois, certains points sont à éclairer. Cette critique change donc du format habituel pour quelque chose de plus concis et moins lourd à lire. Jetez un œil à mes impressions (ici), elles vont apporteront pas mal de détails sur les mécanismes de gameplay sur lesquels je reviendrai rapidement.

L’épopée de la belle Lightning s’achève-t-elle dignement ?

Lightning Returns : Final Fantasy XIII met en scène Lightning, héroïne quasi-absente du second épisode, qui endosse le rôle de la Libératrice. La jeune demoiselle porte alors sur ses épaules un lourd fardeau : celui de sauver le monde. Un monde qui menace de disparaître dans les treize prochains jours, comme dans un certain Majora’s Mask. Cet ultimatum devient alors la base-même du jeu, car la plupart des actions que vous entreprendrez influeront directement sur ce temps et il vous sera impossible de remonter son cours (prendre le train, utiliser certains pouvoirs, etc).

Le choix de Square Enix, en ce qui concerne le scénario et ce mécanisme temporel, apporte quelque chose de nouveau et de particulièrement sympa à la trilogie, voire à la série toute entière. Le joueur se trouve réellement impliqué dans cette lutte et tient à tout prix à s’affranchir enfin du fardeau qui repose sur Lightning, et à la fois sur lui. Toutefois, toute cette petite histoire n’est exempt de défauts.

Le retour du grand et charismatique Caius…

Le joueur, constamment sous pression, est, en effet, contraint de devoir véritablement finir le jeu très rapidement. Le temps passe vite, certaines énigmes et quêtes ne sont parfois pas évidentes et nécessitent un certain temps de réflexion. De plus, il peut parfois arriver que l’accomplissement d’une quête lui soit extirpé des mains et entraîne une certaine frustration, après moult recherches et de nombreux combats engagés, pour la simple raison que la fin du jour actuel ne tenait qu’à quelques secondes. Certains lieux ne sont d’ailleurs accessibles qu’entre une certaine tranche d’horaires clairement définies pouvant parfois bloquer l’avancée dans la quête principale et causer une perte de temps non négligeable. Les quêtes annexes, attribuées par les habitants des différentes zones, sont finalement rangées au second plan, et perdent totalement de leur intérêt face à une quête principale demandant un investissement, une assiduité et une rigueur trop importants. D’autant plus qu’une fois les treize jours écoulés, l’aventure s’achève complètement (sinon c’est pas drôle, ma foi). Lightning n’est, malheureusement, pas en mesure de faire des prouesses ubiquitaires et ne peut donc satisfaire tous ces habitants en détresse. Le jeu se rattrape, tout de même, sur bien d’autres points du scénario et la chrono-dilatation permet au joueur de manipuler le temps à sa guise.

Naviguer via le monorail est fort utile mais coûteux en temps…

Effectivement, Lightning Returns : Final Fantasy XIII propose une aventure plutôt bien construite qui, à défaut d’être basée sur un scénario plutôt convenu, conserve une once de suspens continuel qui lui permet d’être graduellement plus intéressante. Nova Chrysalia, le monde de lequel Lightning évolue, propose, d’ailleurs, une bonne petite part de diversité et l’ambiance qui y règne convient parfaitement à cet épisode qui se veut clairement plus sombre que ses aînés (mention spéciale à Luxerion que j’ai clairement adoré). De nombreux personnages, vu et joués lors de ces précédents épisodes, refont surface pour des raisons obscures et ont parfois complètement changé de personnalité. Mais ce n’est pas tout car d’autres personnages, cette fois-ci inédits, ont intégré le casting, apportent un peu plus de nouveauté et font parfois planer le mystère autour d’eux. Recyclage ou pas ? Peu importe, à vrai dire. Square Enix a réalisé de vrais efforts d’ébauches et de recherches pour proposer un scénario plutôt convaincant dont les évènements tendent à influencer positivement l’intéressement chez le joueur et à le tenir en haleine durant une bonne trentaine d’heure. Et ce n’est sans parler du dénouement final qui conclut la trilogie de manière digne, intelligente et magnifique malgré les quelques défauts, qu’ils soient gros ou petits, reprochés aux épisodes portant l’étendant du chiffre « XIII ».

Des nouveautés intéressantes pour un jeu de qualité

Comme à l’accoutumée, Square Enix tient à montrer ce dont ses équipes sont capables en termes de graphismes et de direction artistique. La firme japonaise maîtrise les technologies haute-définition et ne s’en cache pas en proposant une réalisation de grande qualité. Lightning Returns : Final Fantasy XIII jouit, en effet, de graphismes et d’une direction artistique qui permettent au joueur de profiter d’un spectacle visuel de qualité, mais aussi de s’imprégner d’un univers unique et fantaisiste propre à la série. Chaque coin de Nova Chrysalia pouvant être exploré possède sa propre ambiance, laisse une impression particulière et se laisse apprécier. Toutefois, les réelles nouveautés ne sont clairement pas de l’ordre visuel car si Lightning Returns diffère véritablement des précédents épisodes, c’est grâce à son gameplay.

Lightning pourra se déchainer à votre guise en mode Overclock…

Fini les combats automatisés où le spam de bouton prenait le dessus sur le réel choix tactique malgré un large choix de stratégies. Non, les nouveaux mécanismes de jeu apportent de la fraîcheur à la série, tout en s’inspirant de particularités provenant des anciens épisodes. A l’image d’un Valkyrie Profile, les phases de combat gagnent en dynamisme et en intérêt. Dès à présent, le joueur a la possibilité de se mouvoir librement, de viser l’adversaire et d’attribuer certaines compétences aux touches de sa manette. Ces compétences sont toutefois limitées et leur utilisation dépend, bien évidemment, des tenues que le joueur attribue à Lightning. Un système qui semble bien familier tant il se rapproche des vétisphères dévoilées dans Final Fantasy X-2. Outre cette inspiration évidente, le système de tenues dans Lightning Returns est, malgré tout, bien plus complet que celui de son aîné. Le joueur a droit à un large choix d’accessoires, d’armes, de boucliers et de vêtements qu’il peut personnaliser et assembler à sa guise. Que cela plaise ou non, Lightning devient un vrai top model et enfile tous costumes désirés (même les plus sexy). D’ailleurs, ce sont à ces costumes que les stratégies vont finalement céder leur place. Certains possèdent leurs propres caractéristiques et compétences, d’autres restent plus banals et n’apportent finalement qu’un gain offensif ou défensif. Autre point à noter, chaque jour passé dans le jeu ramène Lightning à l’Arche, sorte de quartier général, et lui permet de récupérer certaines tenue spéciales, voire compétences ou accessoires, mais aussi de faire le point avec Hope (redevenu enfant pour certaines raisons) sur votre avancement dans l’histoire et de lui demander quelques détails sur des évènements du jeu qu’il vous expliquera par cinématique.

Un petit clin d’oeil à Final Fantasy X ?

Bien choisir ses styles est fondamental, car, en plus d’être un axe incontournable du gameplay, il faut en jouer constamment pour ne pas devoir faire face à la mort. Une barre d’ATB propre à chaque tenue permet au joueur d’attaquer son adversaire en utilisant les compétences choisies pour celle-ci, toutefois cette barre se vide à chaque action et nécessite donc de se recharger. Cela se fait de manière automatique mais nécessite tout de même de la patience. Jouer de ces tenues n’est évidemment plus un choix mais une nécessité inévitable. L’utilisation de l’Overclock permet néanmoins de faire abstraction de cette limite imposée par votre barre ainsi que d’accroire la vitesse et les attaques de Lightning pendant une courte durée, mais son obtention étant particulièrement longue, il est plutôt conseillé de l’utiliser avec grande sagesse car cette faculté peut rapidement devenir intéressante lorsque l’ennemi passe le seuil du choc : « Knock Out ». C’est pour cela que Lightning Returns nécessite pas mal de réflexion de la part du joueur afin qu’il puisse faire les bons choix lors des affrontements, pas toujours simples. Un fait qui contraste très bien avec le dynamisme du jeu et qui lui évite d’être simplement bourrin.

Enfin, je terminerai sur la bande-sonore. Masashi Hamauzu réussit de nouveau à donner une ambiance particulière et très rythmée à l’univers de Final Fantasy XIII. Moins poussée sur la pop japonaise qu’autrefois, la nouvelle bande-son joue avec divers style musicaux et lui permet d’être beaucoup plus variée. Les combats sont rythmés au son d’un rock pêchu, l’exploration se veut beaucoup plus calme, tandis que certaines cinématiques vidéos sont transportées par des musiques bien plus orchestrales. Au final, le compositeur de Square Enix réussit à faire voyager le joueur dans un univers qui prend réellement vie au gré du son. Et bien évidemment, petite mention pour les doublages japonais qui sont tout simplement d’excellente qualité, pour ne pas changer.

86

Excellent

CONCRÈTEMENT, QU’EST-CE QUE CA VAUT ?

Malgré la constante pression, exercée par le temps restant affiché sur l’écran, qui réduit significativement la durée de vie, Lightning Returns : Final Fantasy XIII se démarque grâce à son système de combat dynamique, son scénario intéressant, un ensemble peu linéaire et une bande-sonore d’excellente qualité. Pleins de nouveautés et d’idées intéressantes qui permettent à Lightning Returns : Final Fantasy de mettre enfin un terme à la Trilogie XIII et ce, avec brio. En effet, ce dernier épisode de la trilogie est un bel au revoir à la génération actuelle de consoles mais aussi un bon présage pour l’avenir de la série, malgré ce que peuvent dire les mauvaises langues.

Pour plus de détails sur les mécanismes de gameplay, veuillez lire cet article: Final Fantasy XIII – La fin d’une trilogie

Laisser un commentaire