Skip to content

J-STARS VICTORY VS, we are figthing stars (version japonaise)

Entre jeux vidéo et manga, il n’y a qu’un pas à faire pour franchir la frontière qui les sépare. Tous deux pleinement ancrés dans la culture populaire japonaise, il est arrivé à de nombreuses reprises que ces deux univers riches et très variés se rejoignent pour former des adaptations de jeux particuliers en mangas, et vice versa. Toutefois, rares sont ceux qui osent pénétrer l’antre du crossover. Ce terme anglais désigne en fait la jonction entre plusieurs séries. Ce phénomène est déjà bien présent sur le marché des mangas japonais, ainsi que sur le marché des comics américains (Justice League et The Avengers), mais les jeux vidéo osant les crossovers mangas demeurent pratiquement inexistants jusqu’à présent.

 

A vrai dire, très peu d’éditeurs tentent l’expérience. L’investissement n’en vaut peut-être

pas le coup, et la peur de ne pas avoir assez de licences populaires doit probablement les en dissuader, surtout face au concurrent d’envergure qu’est la Shueisha. Cet éditeur est effectivement connu pour le nombre conséquent de licences mainstream et ultra-populaires qu’il détient comme One Piece, Dragon Ball et Naruto qui ont déjà fait mondialement leurs preuves. D’ailleurs, l’éditeur en question est vraisemblablement celui qui cumule aujourd’hui le plus d’adaptations de crossovers avec des jeux tels que Battle Stadium D.O.N qui était fun sans pourtant être exceptionnel, et il réitère l’expérience en 2014 avec l’ambitieux J-Stars Victory VS sur PlayStation 3, Vita et bientôt sur PlayStation 4 pour nous, chers européens. Cette critique a ceci dit été écrite à partir de la version japonaise.

jvs015« We are fighthing stars ! Bring it on ! »

Naviguer sur les mers bleues du monde en compagnie de Goku, Ichigo, Tsuna ou d’autres personnages issus des magazines de la Shueisha à bord de votre propre bateau tels des pirates. Ainsi dit, cela donne tellement envie et tient du fantasme pur et dur mais rien ne dit que c’est irréalisable. En fait, c’est dorénavant fait car il s’agit du mode aventure de ce crossover inédit. J-Stars Victory VS dispose en effet de plusieurs modes de jeux, le premier étant l’indémodable « Aventure ». Ce mode de jeu se révèle être assez simpliste et très axé sur le côté fan-service cher aux crossovers, ce qui ne signifie pas qu’il est inintéressant pour autant. Le principe de ce mode est très emprunté à One Piece et n’est autre que celui celui mentionné plus haut : naviguer sur les mers avec des alliés issus des manga de la Shueisha mais avant de commencer, il nous est demandé de faire un choix parmi une sélection de quatre personnages que sont Toriko, Naruto, héros des mangas éponymes, Luffy de One Piece et Ichigo de Bleach. Chaque personnage dispose d’une histoire différente en partant du principe que les alliés et ennemis que nous rencontrons ne sont pas forcément les mêmes ou que l’ordre des rencontres puisse aussi différer, ceci afin de donner de l’importance à chaque personnage et d’étendre la durée de ce mode aventure. S’en suit alors une aventure sympathique au cours de laquelle la découverte de plusieurs mondes et la réalisation de nombreuses quêtes secondaires sont proposées afin d’arriver à bout de la quête principale.

Par ailleurs, à défaut d’être plutôt linéaire, cette aventure demande quand même de prendre part au jeu de l’exploration car notre bateau est souvent amené à être amélioré dans le but d’accéder à certaines îles et d’évoluer dans le scénario. De plus, de nombreux bateaux rivaux parcourent le monde dans lequel notre équipage navigue à la poursuite du même objectif. Il est important de combattre un maximum d’équipages rivaux pour récolter de la monnaie qui permettra par la suite d’acheter des objets d’évolution, mais aussi des combattants et personnages de soutien pour le mode « Versus ».

jvs03« La version occidentale du jeu aura droit à un mode arcade et un équilibrage »

Le « Versus » est un mode que tous les jeux de combats disposent par la simple et implacable logique que les jeux de combats représentent des confrontations et que par traduction « versus » signifie confrontation (pas besoin de me remercier pour cette explication). Bref, il est clair pour nous tous que ce mode incarne le défouloir où l’on s’éclate entre amis, seul ou en ligne avec le fun pour simple argument. Et ce n’est pas ce qui manque dans ce jeu. Le gameplay est, en effet, suffisamment simple pour permettre à n’importe quel néophyte de pouvoir jouer sans complications et d’avoir sa chance de sortir victorieux d’un combat acharné. Les combos, tout comme les attaques spéciales et transformations, sont réalisables avec une facilité enfantine. L’utilisation de l’écran tactile de la Vita permettant de viser un adversaire ou de passer en mode « Victory Burst » (augmentation des pouvoir, voire transformation et permet l’utilisation de la technique ultime), quant à elle, est plutôt intuitive mais manque parfois de précision au même titre que la caméra qui s’en sort (assez) bien dans l’histoire.

La philosophie du jeu est très claire, il s’agit de s’amuser mais elle est accusée par quelques limites qui n’auraient clairement pas eu leur place si le contenu du jeu avait été plus égaillé et conséquent. Le jeu perd peu à peu de son intérêt et devient lassant à longue, surtout lorsqu’on y joue seul, et ce même avec l’ajout d’un mode arcade pas très différent du mode Versus. La raison de cette perte d’intérêt se justifie par l’absence quasi-totale de maps, le roster de combattants et personnages de soutien trop modeste (aucun DLC de prévu aujourd’hui), des mangas majoritairement oubliés -ou présents dans le mode « aventure » à titre de fan-service-, des techniques et transformations manquantes (Super Saiyan 2 et 3 par exemple) et un gameplay trop simple pour les joueurs émérites.

jvs04

Néanmoins, en y regardant de plus près, ce n’est pas une déception pour autant. La modélisation des personnages et décors demeure très satisfaisante, le peu de techniques présentes sont déjà les plus connues et surtout très fidèles aux originales, et le travail de doublage est indiscutablement excellent puisqu’il s’agit ni plus ni moins de celui des doubleurs originaux des nombreux mangas ayant eu droit à une adaptation anime. De plus, le jeu permet d’enregistrer ses combats et de les visionner à partir d’une galerie disponible dans le menu principal qui donne aussi accès à la boutique de contenus, la galerie des personnages et leur biographie, ainsi que d’autres choses que je vous laisse le plaisir de découvrir.

CONCRÈTEMENT, QU’EST-CE QUE CA VAUT ?

67

Bon

Pour être clair, malgré son contenu limité, J-Stars Victory VS réussit à créer une expérience de jeu plutôt sympathique que les développeurs ont désiré rendre unique tout en restant fidèle aux productions originales. Ce jeu n’a pas la prétention de se ranger aux côtés de gros jeux de combats adaptés de manga comme les Narutimate Storm ou autres Budokai, mais a plutôt vocation de faire plaisir aux fans en leur apportant une dose non-négligeable de fan-service en proposant les personnages les plus mythiques et amusants de la Shueisha comme Tsuna de « Reborn », Yusuke et Hiei issus « Yuyu Hakusho », Lala de « To Love Ru », Jonathan et Joseph Joestar de « Jojo’s Bizarre Adventures » ou encore Kankichi héro de l’énorme manga abrégé « Kochikame » (le titre original est sérieusement trop long), au même titre que les arènes. Toutefois, nous aurions préféré quelque chose de plus complet qui n’aie pas tendance à rapidement perdre son souffle et son intérêt si nous le comparons à un jeu comme Super Smash Bros. qui s’inscrit dans la même logique du crossover et du fun sans pour autant délaisser le contenu et la subtilité du gameplay.



Laisser un commentaire