Skip to content

Kingdom Hearts – Un rêve qui ressemble à un souvenir lointain

Rares sont les joueurs n’ayant jamais entendu parler de Kingdom Hearts, et pourtant, c’est bien ce jeu que je vais vous présenter pour mon premier article sur ce site. Je vous embarque avec moi pour un petit voyage vers le monde fantastique de Donald, de Mikey, de Dingo, mais aussi celui de Squall, Cloud, Sephiroth ou encore Tidus. Mais avant de trop en dire, une petite présentation du soft s’impose.

Ce A-RPG, sorti en 2002 sur la deuxième console de Sony et signé Squaresoft fit grand bruit à sa sortie grâce au mélange ambitieux et plutôt inattendu de deux univers totalement opposés : celui de Final Fantasy et celui de Disney. On aurait pu croire à une farce et pourtant non, Kingdom Hearts est bien un cross-over de ces deux mondes si différents. Et vous savez quoi ? La formule fonctionna à merveille, en particulier auprès des joueurs, la critique spécialisée étant tout de même un peu plus réservée au niveau des notes attribuées au jeu. Le succès du jeu fut immédiat, entraînant par la suite neuf autres opus ( dont un en préparation ) . Mais au final, ce succès est-il réellement mérité ? Je vais tenter de répondre à cette question dans cet article qui sera largement plus subjectif qu’objectif, je préfère vous prévenir.

Un univers invitant au voyage et à l’imagination

kingdom-hearts

Le personnage principal, Sora, perd ses amis qui se retrouvent plongés dans des mondes parallèles. Il devient l’élu de la Keyblade, une étrange clef faisant office d’épée. Le garçon, encore peu mature va devoir se lancer dans un voyage aux allures tout à fait épiques et qui va suivre le schéma classique du parcours du héros. En effet, au début de l’aventure, Sora se retrouve face à un problème qui est la disparition de ses amis. Il n’a qu’une conscience limitée du problème auquel il doit vraiment faire face qui est l’engloutissement des différents mondes par les ténèbres. Il va ensuite très vite se retrouver face à des personnages, Dingo et Donald, qui le mettront face au véritable problème. Sa conscience de ce dernier s’en verra accrue et il finira par accepter la lourde responsabilité qui pèse sur lui. Il rencontrera bien sûr des opposants à sa quête, comme les ennemis principaux : les sans-cœur, dirigés par Maléfique,  mais aussi des personnages qui se rangeront de son côté afin de l’aider et de le soutenir. Et bien entendu, tous ces personnages seront issus des mondes de Disney et de Final Fantasy. On pourrait facilement penser que le fait d’avoir mélangé ces deux univers soit seulement du fan service, c’est d’ailleurs possible que ce soit pour cela, mais connaissant la mentalité de Tetsuya Nomura, l’homme à la tête du projet, cette explication peut être réfutée assez vite . Nous pouvons donc imaginer beaucoup d’autres possibilités. Personnellement, je trouve que c’est une merveilleuse idée. Ce jeu mélange deux univers tellement différents qu’ils se complètent presque, comme s’ils avaient été faits pour se croiser. Nous pouvons voir l’innocence d’un côté (bien que les Disney aient une valeur morale qu’on ne peut pas nier et qu’ils ne soient pas si innocents qu’on pourrait l’imaginer à première vue) et la maturité, la noirceur de l’autre. Kingdom hearts se place donc comme un juste milieu, un jeu pas vraiment mature grâce à la fraîcheur qu’apportent les personnages et les mondes de Disney, mais pas non plus exclusivement destiné à un public très jeune. En effet, des thèmes qui touchent tous les âges se retrouvent dans le soft : l’amitié et tout ce que cela implique, c’est à dire la peur de perdre l’autre, de voir la personne qu’on a aimé changer et prendre un chemin qui nous est totalement opposé ; La peur de ne pas vraiment exister, de ne vivre que dans un inconscient dont on ne pourrait pas se sortir ( au début du jeu, le personnage vit des choses dans ses rêves qui paraissent tout à fait réelles et qui, de plus, anticipent des événements qui se produiront plus tard ) . D’ailleurs, le voyage de Sora n’est-il pas que le produit de l’inconscient, du rêve ? Au début du jeu, nous pouvons entendre une brève phrase de sa mère et le fait que cette phrase n’ai aucune forme d’importance et que la mère soit tant mise en retrait, que Sora délaisse sa famille si rapidement sans y revenir plus tard, renforce cette idée que tout se passe dans un rêve. Même si la phase de renoncement à tous ce qu’un héros a connu pour prendre part à une quête fait partie du schéma dont nous parlions plus haut, un enfant renoncerait-il et oublierait-il si vite des personnes si importantes que les membres de sa famille ? Je préfère voir ici le fait que tout ce que le personnage rencontre durant son aventure n’est que le fruit d’un rêve plutôt qu’une incohérence. Pour accroître encore une fois la valeur de cette hypothèse, le jeu commence par une interrogation de Sora sur le fait de savoir si ces rêves sont réels ou non. Sans oublier le fait que les mondes de Disney soient extrêmement oniriques (celui dans le ventre de la baleine en est un parfait exemple, on se voit plus dans un rêve sans queue ni tête que dans le ventre d’un énorme mammifère marin) et que tout paraisse surréaliste. Mais aussi le fait que les personnages de Disney abordent Sora comme s’ils le connaissaient déjà, que l’effet de surprise ne soit pas plus mis en avant. Peut être que ceci est dû à la magie de Disney, mais quand vous rêvez, les choses ne paraissent-elles pas aussi illogiques et aussi directes que dans le monde de Kingdom hearts ?

KingdomHeartsOpeningImage79

Tout ceci est bien entendu totalement subjectif et hypothétique, ne voyez pas en tout ceci des vérités absolues. Mais toutes ces hypothèses montrent qu’en creusant un peu, Kingdom hearts n’est pas si basique et si simple qu’on pourrait le penser. Il invite aux questionnements et c’est aussi une des forces du jeu. Sans toutes les interrogations que le jeu laisse à l’imagination du joueur, ce dernier paraît très simpliste au niveau de son scénario : Sora recherche ses amis et veut sauver le monde avec les personnages de Disney et de Final Fantasy, point final. Bien sûr, je caricature et le jeu, sans tous les questionnements sus-présentés, reste fait de nombreuses péripéties qui sont très agréables à suivre.
L’univers du jeu est d’ailleurs riche de ces péripéties car chaque monde que vous visiterez vous mettra face à une nouvelle histoire qui fera office de quête secondaire, histoire souvent liée à un personnage appartenant au monde que vous serez invité à découvrir. Ceci me permet aussi d’aborder un point noir plutôt décevant du jeu qui est la petitesse de ces mondes. On en veut toujours plus et chaque monde nous laisse quelque peu sur notre faim. Mais ces différents univers vous proposeront tout de même toujours plus de diversité et ils ne se ressemblent en aucun cas, même les ennemis sont différents suivant le monde dans lequel vous serez, ce qui est un véritable plus. Quelques planètes vous proposeront aussi de nouvelles expériences au niveau du gameplay, mais nous allons aborder ceci dans une deuxième partie sur le système de jeu .

Un système de jeu favorisant la diversité et plutôt bien maîtrisé

Parlons enfin du système de jeu. C’est un A-RPG plutôt classique qui ne tombe néanmoins pas dans le gouffre du déjà-vu trop peu original. Les combats sont dynamiques et vous pourrez enchaîner des combos dévastateurs, mêlant des coups basiques à des coups spéciaux, amenés par des sortes de QTE, et à de la magie. Au niveau de cette dernière vous pourrez utilisez celles de base qui sont trouvables dans bon nombre de RPG, c’est à dire Brasier, Glacier, Foudre etc… Sans oublier les invocations qui sont tout bonnement magnifiques mais malheureusement beaucoup trop anecdotiques pour la plupart. Le système de combat est donc presque totalement maîtrisé et très plaisant si on excepte les gros problèmes de caméra qui entachent parfois le plaisir de jeu. La difficulté du titre est aussi l’un de ses points forts. Sans être beaucoup trop dur, le jeu vous offrira tout de même quelques moments procurant un challenge élevé, contre quelques boss par exemple, en particulier contre les boss optionnels.

Outre le système de combat, le jeu vous proposera quelques phases qui viendront diversifier un peu le rythme du soft qui serait peut être un peu trop répétitif sans ces dernières. Vous pourrez donc faire des combats aériens dans un certain monde, des combats aquatiques dans un autre ou enchaîner de nombreux combats dans une arène qui montrera un challenge plutôt agréable pour les joueurs les plus assidus. Le jeu vous propose aussi quelques mini jeux sympathiques mais sans grande difficulté. Il y a, par ailleurs, des phases en vaisseau, sous le signe du Shoot’em’up, qui sont tout bonnement un échec total. Laides, inutiles, trop simples, répétitives au possible, ces phases qui auraient pu être excellentes viennent totalement gâcher l’expérience de jeu, surtout qu’elle ne sont passables qu’à partir d’un certain moment du jeu. Elles auraient dû être passables dès le début, et encore, elles n’auraient même pas dû exister. Je me revois pester à chaque fois que je devais aller d’un monde à l’autre, sachant que j’allais devoir endurer une de ces longues phases que je détestais tant. Laissons donc ce gros défaut du jeu de côté pour aborder l’aspect RPG du jeu.
KH

Comme dans beaucoup de RPG, vous aurez une équipe que vous pourrez modifier durant l’aventure. Mais sachez tout de même que vous ne pourrez pas la modifier à votre guise. En effet, chaque monde vous propose un personnage que vous pourrez ajouter à votre équipe, au dépend de Donald ou de Dingo, vu que vous ne pouvez avoir que deux équipiers. Mais vous ne pourrez pas utiliser ces personnages hors de leur monde respectif. Malgré tout, ce n’est pas forcément un mauvais point, la diversité est encore une fois mise en avant grâce à ceci.

Vous pourrez aussi modifier votre équipement et vos compétences, ainsi que vos formations de combat, ce qui est très utile quand vous préférez que vos compagnons soit plus centrés sur l’aspect défensif que sur l’aspect offensif ou inversement. Vous l’aurez compris, l’aspect RPG dans Kingdom Hearts est très bien maîtrisé et réellement complet.
Au niveau de son système de jeu, Kingdom Hearts fait presque un sans faute, mais l’aspect graphique et musical suit-il ? C’est ce que nous allons voir dans une troisième et dernière partie.
Kingdom Hearts, une douceur pour votre ouïe et pour votre vue
Je vais tout de suite répondre à la question précédemment posée : Oui, oui , oui et encore oui. Le jeu est tout simplement magnifique, tant au niveau graphique qu’au niveau musical. Les univers sont tous plus colorés les uns que les autres et ceci donne un aspect enchanteur au jeu. C’est plein de fraîcheur, tout est beau, que ce soit artistique ou technique tout est parfaitement maîtrisé. Même en 2013, le jeu n’a pas pris une ride, sauf peut être au niveau des visages, mais sinon c’est un véritable sans faute pour un jeu de 2002 .
Après avoir jeté des fleurs sur les graphismes, je ne sais plus vraiment quoi lancer sur la musique du jeu, qui est une véritable merveille, à part un florilège d’éloges totalement mérités. Yoko Shimomura, la compositrice du jeu, et Kaoru Wada, qui arrange les musiques orchestrales du jeu, ont fait un travail exceptionnel sur la musique, retravaillant les thèmes connus de Disney et en créant de nouveaux d’une puissance et d’une magnificence qui méritent d’être écoutés par tous, en jeu ou même en dehors. Portée par des cuivres, des vents, des cordes, des bois, des percussions, la musique de Kingdom Hearts vous transportera de ses notes dans un formidable univers. Je me prosterne devant le thème orchestrale Hikari, faisant office de thème principal, qui est un véritable chef d’œuvre.

Pour conclure, que dire d’autre de ce jeu mis à part que c’est une merveille ? Le succès de Kingdom Hearts premier du nom est amplement mérité et le mélange de Disney et de Final Fantasy donne un rendu exceptionnel. Nous pouvons tous tirer nos chapeaux et nous incliner devant Monsieur Nomura et toute l’équipe derrière ce jeu pour l’excellent boulot qu’ils ont fourni sur ce premier opus et pour toute la magnifique série que ce dernier a engendré. Si vous n’avez jamais joué à cette oeuvre, je vous conseille vivement de vous jeter dessus, d’autant plus qu’une version HD vient de sortir sur Playstation 3, regroupant le premier épisode Kingdom Hearts en version Final Mix et Kingdom Hearts Re: Chain of Memories .

Laisser un commentaire