Skip to content

Deus Ex: Human Revolution – Transhumanisme et renaissance

Deus Ex : Human Revolution est un jeu qui fut développé par le studio Eidos Montréal et édité par Square Enix en 2011 sur consoles de salon et sur pc. Ce jeu est un mélange intéressant entre jeu de tir à la première personne et jeu de rôle. Troisième opus de la série des Deus Ex, successeur d’un deuxième épisode ayant déçu les joueurs et la presse spécialisée au plus haut point, Deus Ex : Human Revolution se veut être le réconciliateur entre les joueurs et la série. Mais parvient-il à honorer cette mission ? Les développeurs de chez Eidos Montréal ont-ils réussi à faire un jeu digne du premier opus qui avait été adoré et adulé par les foules ? C’est ce que nous allons voir dans cette chronique.

Bienvenue dans un futur sombre, bienvenue en 2027

Attardons nous tout d’abord sur le scénario principal. Vous commencez le jeu en incarnant Adam Jensen, chef de la sécurité chez Sarif Industries, une compagnie tournée vers les nouvelles technologies de l’augmentation des capacités humaines grâce aux machines. L’ex petite amie du personnage principal semble avoir fait une formidable découverte qui va considérablement faire évoluer les choses dans le domaine des améliorations artificielles sur le corps humain. Malheureusement, alors que cette jeune femme s’apprête à dévoiler le fruit de ses recherches au reste du monde dans une conférence de presse, un groupe terroriste attaque les locaux de la société, kidnappe des chercheurs, dont la demoiselle sus-présentée, après avoir mis le charismatique chef de la sécurité hors d’état de nuire. S’ensuit alors un générique doté d’une mise en scène magnifique, concluant avec brio cette sorte de préambule à l’histoire.

originalAprès cette introduction d’une dizaine de minutes, le joueur retrouve son personnage quelques mois plus tard et comme l’indiquait le générique, il est devenu un être augmenté. Des bras et des jambes mécaniques, une vue presque robotique, des implants cérébraux, bref, Adam Jensen a été sauvé par la technologie cybernétique. En ce début de jeu, le transhumanisme est donc vu comme quelque chose de formidable, qui augmente les capacités des êtres humains ou qui leur permet de retrouver l’usage de membres devenus inutilisables à cause d’un handicap ou d’un accident, par exemple. Mais au fur et à mesure que vous avancerez dans Deus Ex : Human Revolution, vous comprendrez que les développeurs de chez Eidos Montréal ont réussi un coup de maître. En effet, le jeu montre l’avancé des technologies scientifiques sous différents points de vue. Certaines personnes seront radicalement contre l’utilisation d’augmentations sur l’être humain, d’autres seront totalement pour alors que d’autres seront plutôt mitigées. Et ce sujet n’est pas du tout survolé, c’est même le cœur du jeu et vous serez totalement immergé dans ce conflit qui s’avère être d’ordre politique, économique, philosophique, sociale et éthique. Aussi vous retrouverez vous, technologiquement augmenté malgré-vous, dans les rues crasseuses d’un Détroit tristement futuriste face à des punks qui vous cracheront littéralement des tas d’insultes au visage vis à vis de votre nouveau statut. Mais pourquoi tant de conflits autour de ces nouvelles technologies ? Et bien vous verrez ceci dans le jeu, je ne veux pas trop en dévoiler, ça serait le gâcher.

Cette œuvre vidéo-ludique fait profondément réfléchir sur les progrès technologiques et sur l’utilisation de la science par l’homme. Elle nous montre les dangers que peuvent apporter ces différentes avancées, mais aussi leurs bienfaits, car tout ceci est montré sous différents points de vue. C’est donc à vous de vous faire votre propre avis, selon vos propres idées, vos propres croyances, vos propres inspirations, etc. Le jeu ne vous invite qu’à réfléchir, sans vous imposer un avis qui ne serait pas forcément le vôtre. Dans Deus Ex : Human Revolution, c’est vous qui choisissez le genre de personne que vous voulez devenir et les idées qui vous sembleront les plus fidèles à votre vision des choses. Le soft apporte donc des problématiques pertinentes et d’un réalisme foudroyant, qui peuvent déjà être posées à notre époque mais surtout vis à vis d’un futur qui n’est pas forcément très lointain.

Petite anecdote pour rebondir sur le réalisme : Cet aspect a été développé jusque dans les bandes annonces du titre, qui furent réalisées de manière totalement cinématographique avec de véritable acteurs. L’une de ces vidéos montrait les bienfaits des augmentations cybernétiques alors que l’autre montrait le danger que cela peut représenter. Un documentaire fut même réalisé en rapport avec le jeu sur la technologie des implantations au niveau de la vue, ainsi qu’un site web dédié à Sarif Industries. Une bien belle implication des développeurs qu’on ne peut que saluer avec un profond respect.

Deus Ex : Human Revolution peut être survolé d’une traite par le joueur, mais ça serait une grave erreur. Pour mieux comprendre l’univers et les conflits qui le déchirent, vous devrez faire des efforts, vous balader dans les trois grandes villes disponibles, à savoir Détroit, Hengsha et Montréal, visiter des lieux qui sont relativement ouvert pour faire les différentes quêtes annexes et en apprendre plus sur le contexte dans lequel est plongée l’intrigue. Vous pouvez vous introduire dans des appartements, trouver des documents comme des journaux papiers ou télévisés, vous introduire dans des ordinateurs privés afin de lire des mails pour concocter des informations. Vous l’aurez compris, l’œuvre d’Eidos Montréal est extrêmement riche et détaillée pour les joueurs assidus, voulant profiter de l’expérience offerte par les développeurs au maximum. Une richesse qui va se retrouver dans le visuel et dans la bande original du jeu, je vous propose de découvrir ces deux aspects dans une seconde partie.

Un aspect visuel et auditif en phase avec l’univers du titre

deus-ex-human-revolution-xbox-360-035Commençons par un minuscule bémol sur lequel je ne m’attarderai pas : l’aspect purement technique. Le jeu n’est malheureusement pas doté de graphismes incroyablement beaux. En revanche, le rendu artistique est une véritable réussite. Tout est extrêmement recherché et surtout cohérent, ce qui renforce encore une fois l’immersion du joueur dans cet univers si pessimiste et presque oppressant. Rien n’est laissé au hasard. Des caméras de surveillances sont placées partout sur les murs des établissements, ce qui est bien entendu une dénonciation d’un problème existant de plus en plus dans nos sociétés, problème dénoncé par d’autres œuvres comme par exemple le roman de George Orwell : 1984. Les couleurs omniprésentes dans le jeu, qui sont le jaune, le orange et le noir, ne sont pas non plus là seulement pour faire joli. En effet, elles représentent un monde sale, atteint par la pollution la plus totale et la plus néfaste, créant une atmosphère particulière qui ne laisse pas le joueur indifférent. Mais ces couleurs montrent aussi d’une certaine manière un contraste entre la richesse et la pauvreté, le jaune faisant penser à l’or, à la richesse, et le noir à la pauvreté.

Le design de l’ensemble du jeu est exceptionnel. En effet, que ce soit au niveau de certains vêtements ou de certains lieux, le jeu tire ses influences de la Renaissance, et encore une fois, ceci n’a pas été fait au hasard. Durant la Renaissance, les humanistes prônent l’idée que l’homme est au centre de l’univers, c’est aussi grâce à eux que les hommes ont pu mieux comprendre comment maîtriser leur corps grâce à des expériences menées par des hommes tels que Léonard de Vinci, célèbre personnage historique ayant vécu entre le XVème et le XVIème siècle. Dans Deus Ex : Human Revolution, la maîtrise du corps humain est aussi dans les préoccupations les plus importantes. Deus-Ex-3-Human-Revolution-Teaser-Trailer-01Mais nous retrouvons aussi, comme je l’avais évoqué en début de paragraphe, un style Renaissance dans les vêtements des personnages, avec des cols montant très hauts, des détails plutôt nombreux, etc. Ce style est aussi présent dans certains lieux qui semblent très riches, contrastant drastiquement avec de nombreux environnements plongés dans la pauvreté que nous pouvons explorer dans l’aventure, ce qui rejoins l’hypothèse du contraste mis en place par les couleurs.

Passons maintenant à l’aspect musical qui est sans surprise aussi intelligemment travaillé que les autres points du jeu. Les thèmes musicaux sont plutôt discrets et très lents, ils tiennent une tonalité mineure qui vient renforcer l’atmosphère grave du jeu. Ils font aussi très futuristes grâce aux fait qu’ils soient joués par des instruments plutôt électroniques, parfois suivis par une voix qui viendra s’élancer comme un long cri par dessus des mélodies lentes et sombres. D’ailleurs, le fait que des voix soient utilisées dans certaines mélodies est quelque chose de très intéressant. Nous parlions de musique électronique, qui est quelque chose d’extrêmement moderne et qui renforce l’aspect futuriste du soft, alors que la voix est l’instrument le plus ancien au monde. Encore une subtilité à ajouter à la liste des points forts. D’autant plus qu’il n’y a pas vraiment de paroles, la voix est ici réellement utilisée comme un instrument.
Durant les phases d’action, les musiques deviennent beaucoup plus rythmées afin de mettre en avant une certaine nervosité liée au fait que le personnage soit en proie à un grand danger. Il n’y a pas à dire, sur le plan artistique, ce jeu est parfait. Mais est-ce de même pour le gameplay ?

Un système de jeu riche, varié et subtil

Qu’il est plaisant de trouver un FPS si subtil et si riche. Les choix sont mis en avant jusque dans le système de jeu et ces derniers sont loin d’être superficiels comme nous pouvons le voir dans d’autres titres ou même dans le deuxième opus de la série des Deus Ex qui demandait de choisir entre la discrétion et l’attaque frontale, sans aucune autre forme de développement. Dans un sens, nous retrouvons ceci dans Deus Ex : Human Revolution, sauf que c’est ici présenté de manière beaucoup plus intelligente . Vous pourrez choisir d’avancer selon votre niveau d’implication dans l’univers du jeu. En effet, certaines missions vous feront vous poser des questions, vous ne saurez pas deus-ex-human-revolution-pc-1314441398-150vraiment si ce que vous faites est juste et donc choisirez peut être une approche plus pacifique. Sans oublier que les approches discrètes vous apporteront plus de points et peut être un peu plus de challenge. Le soft n’est pas qu’un simple jeu de tir, il emprunte aussi au RPG dans le sens où vous aurez accès à de nouvelles compétences liées à vos augmentations au fur et à mesure que vous accumulerez des points d’expérience en réussissant à ne pas vous faire repérer ou encore en n’éliminant pas vos ennemis de manière trop radicale, par exemple. D’ailleurs, vous aurez le choix entre l’utilisation d’armes qui neutraliseront les ennemis sans les tuer, ou d’armes éliminatrices. Ce qui offre donc un panel d’armes plutôt bien fourni que vous pourrez même améliorez à votre guise dans des magasins tout à fait légaux… Ou pas.

Un système de persuasion a aussi été mis en place, ce qui met en scène des sortes d’affrontements verbaux très intéressants ou vous aurez le choix entre plusieurs phrases pour convaincre votre interlocuteur de faire ou de ne pas faire quelque chose. J’ai trouvé ce principe réellement excellent car pour réussir à persuader une personne d’aller dans le sens que vous désirez, vous devrez faire preuve de diplomatie et faire attention aux expressions faciales de cette personne, voir comment elle réagit aux phrases que vous choisissez pour ne pas créer l’effet inverse de ce que vous désirez et les conséquences de ces discussions peuvent avoir un impact plus ou moins important sur la suite de l’aventure.

Je ne pouvais pas vous parler du gameplay sans évoquer les phases de piratage. En effet, pour accéder à certains terminaux ou pour prendre le contrôle de robots ou de caméras, vous aurez besoin d’utiliser cette compétence, ce qui donne lieu à des mini jeux plutôt intéressants où vous devrez capturez la base du terminal grâce à des virus afin de pouvoir introduire le système. Ces phases sont sympathiques et demandent un peu de challenge mais sont peut être un peu trop nombreuses pour ne pas être répétitives.

Pour conclure, je ne vois pas vraiment ce que je peux reprocher à Deus Ex : Human Revolution. On ressent tellement la passion des développeurs en y jouant, tout est si poussé, si bien mis en scène et si travaillé que je vais m’abstenir de m’attarder sur quelques défauts comme la répétitivité des phases de partages ou comme le niveau technique peut être un peu dépassé. Ce jeu est une expérience à vivre, il faut absolument y jouer. Eidos Montréal nous montre avec talent que le jeu vidéo peut passer des messages forts et faire réfléchir. Je ne suis pas énormément friand des jeux de tir, mais je me suis totalement laissé transporter par celui-ci qui est une véritable œuvre vidéo-ludique. C’est un véritable succès pour le studio de développement qui aura réussi à remettre la série des Deus Ex au goût du jour, faisant oublier un très mauvais deuxième épisode.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :