Skip to content

Charlotte, voyage au coeur d’une science aux pouvoirs magiques

Charlotte est une adaptation animée du manga « Charlotte The 4-koma : Seishun o kakenukero ! » de Haruka Komowata édité par ASCII Media Works. Cette production animée résulte de la collaboration entre les studios Aniplex (Gintama, D.Gray Man, Full Metal Alchemist, …), P.A. Works (Angel Beats!, Another, Professeur Layton et la Diva éternelle, …) et Key Visual Arts (Kanon, Air, Clannad, …) célébrant le 15ème anniversaire de ce dernier. Ajoutons à cela qu’il s’agit par ailleurs d’une production originale du grand Jun Maeda, considéré comme l’un des pionniers du Visual Novel. C’est donc en juillet, cette année, que celle-ci fut diffusée sur la chaîne japonaise Tokyo MX et en simulcast dans notre contrée par le biais de Wakanim.

JE PENSE DONC JE SUIS AUTRUI

Déjà, nous pouvons d’emblées dire que Charlotte est le digne successeur de « Angel Beats! » dans sa façon d’être. J’entends par là que la série est aussi comique qu’émouvante, et c’est une très bonne chose pour ma part. La première partie de l’anime nage dans des eaux classiques avec une dose de surnaturel. L’histoire nous conte la petite vie étudiante de notre cher protagoniste Otosaka Yū qui a le pouvoir de posséder une personne durant une période de cinq secondes. Il utilisera donc ses pouvoirs dans son propre intérêt, principalement pour tricher pendant ses contrôles, être le gars le plus populaire du lycée, etc. Seulement à force de les utiliser, il finit par se faire remarquer par la présidente du bureau des élèves d’une autre école : Tomori Nao, qui a elle-même des pouvoirs comme le reste du BDE, c’est-à-dire Takajō Jōjirō qui peut faire des sauts supersonique. Ils lui expliquent que ses dons sont en réalité une maladie qui n’apparaît que chez les adolescents et que ces derniers disparaîtront une fois les quinze ans passés. Par la même occasion, une organisation de « mad scientists » recherche ces jeunes pour faire des expériences sur eux, quitte à les tuer dans le processus. Elle lui propose donc de rejoindre leur BDE pour trouver et aider d’autres personnes aux dons miraculeux.

ggtxUSG

Toute cette période est assez fun et franchement drôle, en l’occurrence Jōjirō est totalement hilarant. Malheureusement, quand on voit ce qui arrive après, on se rend compte que la mise en place est un peu longuette. Le tout s’attarde pas mal sur l’introduction des personnages et de leurs pouvoirs. Vient finalement un événement qui va changer totalement le ton de l’anime et l’amener à un extrême opposé. Fini les rires et place au sérieux -même s’il demeure de temps en temps des passages qui font sourire-. Le changement est brutal, tellement qu’on en vient à se demander si on regarde toujours la même série.

UN AUTRE MONDE

La seconde phase de l’anime est bien plus recherchée et ambitieuse. On a concrètement droit à la fameuse organisation de scientifiques qui passe enfin à l’action. « Because la science c’est un mal pour un bien donc ça excuse tout obviously… ».

Je dois toutefois vous prévenir que si vous continuez la série à ce moment-là de l’histoire, ce n’est plus pour du tout public : il y a du sang, des meurtres, des expériences et ce n’est pas toujours très beau à voir. Ce qui est vraiment intéressant dans cette dernière partie, en plus du fait que ça devient très psychologique, c’est que tout ce qui se passe, tous les rebondissements et toutes les révélations ont été mis en place intelligemment dans les épisodes précédents, et tout est surtout bien ficelé. On est loin d’être pris pour des idiots et c’est vraiment rafraîchissant. Le seul défaut que je trouve à cette partie c’est que ça ne dure pas assez longtemps. Le studio aurait dû s’attarder un peu plus sur le développement de certains événements qui vont bien trop vite et c’est clairement dommage étant donné que tout ce qui se passe jusqu’à la fin mérite tellement de s’y consacrer. « Ceci dit, avec seulement treize épisodes, c’est sûr qu’ils pouvaient faire mieux… ».

charlotte1

Pour ce qui est des personnages, malheureusement mis à part Yū qui est l’anti-héros de base, et cela jusqu’au bout, qui va passer par beaucoup de phase dans sa vie et arborer toutes sortes d’émotions et de comportements, puis Nao qui est mystérieuse, intelligente, calculatrice et drôle mais avec un vrai sale caractère ; le problème c’est que pour les autres ne sont soit pas assez présents pour des personnages secondaires qui sont censés être important dans la vie du protagoniste, soit ils ne servent tout simplement à rien.

La musique, quant à elle, est très bonne et colle toujours à la situation. Toutes les personnes qui ont vu Angel Beats! comprendront de quoi je veux parler car c’est du même niveau. Encore une fois, tout comme dans Angel Beats! qui avait le groupe des Girls Dead Monster, ce sera cette fois-ci au tour du groupe Zhiend, interprété d’ailleurs par la même artiste Nakamura Marina, et également une idol in-anime Nishimori Yusa, dont le pseudonyme est Yusarin, interprétée par une vraie idol, en plus d’être une célèbre seiyuu, Uchida Maaya de jouer la bande-originale. Notons au passage que l’opening et l’ending de l’anime font également du bien aux oreilles au même que ce que l’ensemble graphique pour les yeux.

Les dessins et animations sont effectivement totalement maîtrisés. La patte artistique propre à Angel Beats! est encore une fois clairement notable, notamment dans le chara-design. Les décors eux sont quant à eux tout simplement splendides, et il m’est rarement arrivé de voir autant de détails pour des arrière-plans dans un anime.

charlotteopBILAN DE L’ANIME

90

CULTE

Charlotte mérite complètement d’être regardé. À la fois drôle et émouvant, cet anime nous fait voyager dans un monde de magies, également très scientifique. Le nouveau chef-d’œuvre de Maeda Jun n’a presque pas de défauts, si ce n’est le fait qu’il soit trop court ; mais qui dit court, dit intense. Qu’on se le dise, la collaboration entre les studios Aniplex, P.A. Works et Key Visual Arts est un franc succès que je conseille encore une fois chaudement de regarder. Qu’est-ce que vous attendez ? Pourquoi êtes-vous encore là ?

Mickaël 

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :