mouse_scroll Scroller vers les articles
Skip to content

Resident Evil 7 à l’E3 : Audacieuse innovation ou perte d’identité d’une saga culte ?

Une vue à la première personne, une maison abandonnée et une ambiance glauque au possible, telle fut le contenu de la mystérieuse bande annonce que Sony envoya au visage du public présent durant l’E3 2016, un court teaser qui se termina sur un très surprenant : Resident Evil VII. Surfant sur le succès que fut le fameux Playable Teaser de Hideo Kojima qui était censé s’occuper du prochain épisode de la saga Silent Hill, Capcom a bel et bien décidé de surprendre en prenant un virage extrême pour sa série phare et en annonçant une démo jouable le soir même ainsi qu’une date de sortie fixée au 24 janvier 2017.

Pantagrame : Quand la bande dessinée en ligne et le jeu vidéo flash font bon ménage

C’est sur une page internet quelque peu obscure, tintée de rouge, de blanc et de noir, aux allures brouillonnes, marquée par quelques gribouillis et surchargée d’informations que se trouve le berceau du projet Pantagrame. Pantagrame, c’est une aventure créée par l’autrice* Raphaël Lafarge, qui avait déjà co-écrit le roman Teliam Vore en 2011, une œuvre ancrée dans un monde fantaisiste d’une noirceur abyssale.

Interview – Alain Damasio : de la page aux pixels

Alain Damasio est un célèbre auteur français de science-fiction, notamment du roman La Horde du contrevent, ou encore La zone du dehors. En 2008, il décide de faire ses premiers pas dans un autre univers que celui de la littérature : le jeu vidéo. Co-fondateur du studio français Dontnod Entertainment, il a œuvré sur Remember Me, sorti en 2013,en tant que co-scénariste. Dans cette interview, il nous explique pourquoi il est passé de la littérature au média vidéo-ludique, quelles ont été les difficultés liées au fait d’adopter une toute nouvelle manière de travailler. Il revient sur Remember Me, nous livre sa vision de l’industrie du jeu vidéo avec un regard lucide, en brisant les idées reçues.

Interview – Jean-Pierre Dionnet et le cinéma japonais

Vous avez sûrement déjà entendu parler de Jean-Pierre Dionnet, co-fondateur de Metal Hurlant, véritable référence dans le domaine de la presse dédiée à la bande dessinée dans les années ’70-80, animateur du programme Sex Machine aux côtés de Philippe Manœuvre de 1982 à 1985, animateur de l’émission Cinéma de quartier sur Canal + pendant près de 18 ans, scénariste de bandes dessinées, éditeur et producteur, etc. Ce grand Monsieur a une carrière dantesque derrière lui et est une véritable encyclopédie vivante. On peut le remercier, notamment, pour avoir eu l’audace de produire Takeshi Kitano en France alors que son cinéma ne perçait pas au Japon. Son amour pour le cinéma est inconditionnel, de la culture cinématographique anglaise à aux productions thaïs, il sait trouver la perle rare quel que soit le pays. Ainsi s’est-il grandement penché sur le cinéma japonais, comme en témoigne cette longue interview.

Charlotte, voyage au coeur d’une science aux pouvoirs magiques

Charlotte est une adaptation animée du manga « Charlotte The 4-koma : Seishun o kakenukero ! » de Haruka Komowata édité par ASCII Media Works. Cette production animée résulte de la collaboration entre les studios Aniplex (Gintama, D.Gray Man, Full Metal Alchemist, …), P.A. Works (Angel Beats!, Another, Professeur Layton et la Diva éternelle, …) et Key Visual Arts (Kanon, Air, Clannad, …) célébrant le 15ème anniversaire de ce dernier. Ajoutons à cela qu’il s’agit par ailleurs d’une production originale du grand Jun Maeda, considéré comme l’un des pionniers du Visual Novel. C’est donc en juillet, cette année, que celle-ci fut diffusée sur la chaîne japonaise Tokyo MX et en simulcast dans notre contrée par le biais de Wakanim.